Institut Ramon LLull

Cris Blanco, Lali Ayguadé et La Bolsa à la Biennale de la danse de Lyon

Lyon, 22/09/2018

Événement incontournable de la création chorégraphique en France, l’édition 2018 de la Biennale de la danse de Lyon donnera à voir un panorama riche de la création d’aujourd’hui avec une ouverture spéciale aux nouvelles technologies numériques et au pôle européen de création qui associe la Maison de la Danse de Lyon, le Théâtre de Liège, le Festival Grec de Barcelone et le Théâtre Municipal de Porto. Dans ce cadre, les chorégraphes Cris Blanco et  Lali Ayguadé et la compagnie La Bolsa -avec Thomas Hauert- sont invitées sur une proposition du Festival Grec et avec le soutien de l’Institut Ramon Llull. Le Catalan Jordi Galí y présentera également sa dernière création : Orbes. Le court-métrage Timecode de Juanjo Giménez fait partie de la section de films de danse.




L’édition 2018 de la biennale propose pour la première fois une plateforme et un Focus danse européens rassemblant 18 créateurs émergents ou confirmés parmi les 42 spectacles programmés dans 43 villes de la métropole lyonnaise et dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes. La Plateforme Européenne se déroule à l’Allegro de Miribel, avec : Lali Ayguadé (Catalogne), Mădălina Dan et Agata Siniarska (Roumanie, Pologne), Cláudia Dias (Portugal), Jordi Galí, Cécile Laloy Pierre Pontvianne, Vania Vaneau, Fré Werbrouck (Belgique), Fabrice Lambert, Rachid Ouramdane, Alessandro Sciarroni (Italie), Miet Warlop (Belgique), Jérôme Bel, Cris Blanco (Catalogne), Marco da Silva Ferreira (Portugal), Oona Doherty (Irlande du Nord), Thomas Hauert (Belgique), et (La)Horde.

 


Cris Blanco présente “El agitador Vórtex”

Le nom du spectacle s’inspire de l’appareil utilisé en laboratoire pour mélanger des substances. L’œuvre que propose Cris Blanco est un cocktail alliant film, scène et genres musicaux ; une œuvre que l’on peut considérer comme un film, une performance ou une pièce de danse - théâtre interactive. Le public peut en permanence observer le résultat des manipulations de l’artiste à l’écran. Elle manipule les codes de ces genres et en change les règles. Quel est le résultat de toutes ces manipulations et combinaisons de genres ? Un spectacle, un film et son making-of en direct. Un projet de Cris Blanco, coproduit par Fuga.es, TNT - Terrassa Noves Tendències escèniques/CAET, Mercat de les Flors/El Graner, La Casa Encendida, BUDA Arts Center Kortijk. Avec le soutien de CA2M artistes en résidence, La Casa Encendida, Hangar.org, Apuntes en sucio de Teatro Pradillo, Espacio práctico.Projet réalisé dans le cadre des « Quatre Moteurs pour l’Europe ».

Née à Madrid, Cris Blanco vit actuellement à Barcelone. Depuis 2003, elle se met elle-même en scène, mélangeant la danse, le théâtre et le cinéma. Transformer les codes et les objets, mélanger les genres, la musique live, les illusions d’optique, la science-fiction et dévoiler les mécanismes du théâtre sont des éléments clés de son travail, qui comptabilise les créations suivantes: Cuadrado, flecha, persona que corre (2004), Caixa preta-caja negra avec Claudia Müller (2006), TELETRANsPORTATION (2010), ciencia_ ficción (2010), The Neversarting Story project (2007/2008) en collaboration avec Cuqui Jerez, María Jerez et Amaia Urra, El Agitador Vórtex (2014) et Bad Translation (2016) en collaboration avec Óscar Bueno, Javier Cruz, Cris Celada, Amaranta Velarde et Ayara Hernández. Sa dernière création Pelucas en la niebla a été présentée en mars 2018. Son travail a été présenté dans de nombreux festivals internationaux : ImPulsTanz à Vienne, 100 dessus dessous à La Villette – Paris, Mapa Teatro à Bogotá, Alkantara Lisbon, Panorama à Rio de Janeiro, Nottdance à Nottingham, Pôle Sud à Strasbourg, Madrid en Danza, Playground STUK à Leuven et B:oom à Seoul.

 

19 et 20 septembre à 19h, 21 septembre à 19h

Théâtre de la Croix-Rousse, Studio

Place Joannès-Ambre 69004 Lyon

Tarif unique 15€

04 72 07 49 49

infos@croix-rousse.com

 


Thomas Hauert  & La Bolsa présentent « La mesure du désordre »

La mesure du désordre a été créée à l’occasion de la rencontre inédite entre le collectif La Bolsa et Thomas Hauert, chorégraphe suisse installé à Bruxelles avec sa compagnie ZOO depuis 20 ans. La pièce se déploie comme un organisme en transition permanente où les mouvements individuels naissent et se développent dans la friction et la proximité des interprètes. Pour composer la pièce, Hauert a valorisé l’inconscient comme moyen d’expérimentation et d’adaptation en intégrant la notion d’imprévisibilité. Ainsi, la pièce nous invite à contempler la beauté du désordre. Sur une proposition du Théâtre de Liège, avec le soutien de l’Institut Ramon Llull, de WallonieBruxelles International et de l’Agence Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse,

Né en 1967 à Schnottwil en Suisse, Thomas Hauert fonde sa compagnie ZOO à Bruxelles en 1998 après une carrière de danseur avec entre autres Anne Teresa De Keersmaeker, David Zambrano et Pierre Droulers. Depuis lors, il a créé avec ZOO une vingtaine de spectacles jusqu’à sa dernière création How to proceed en 2018.

La Bolsa est un collectif d’artistes internationaux qui se sont rencontrés à Barcelone : Cecilia Colacrai, Iris Heitzinger, Anna Rubirola, Xavi Moreno, Federica Porello, Mireia de Querol et Natalia Jiménez. Ces rencontres, lors de divers stages et projets de recherche, leur ont permis de reconnaître des intérêts partagés concernant la recherche, la pratique et la création chorégraphiques. Ce qui unit le collectif est une investigation permanente autour de la question du mouvement basé sur des scores qui créent des cadres de recherches strictes. Ces cadres permettent au collectif de développer une intuition créative en studio et quand il se confronte au public.

Concept & Création : Thomas Hauert & La Bolsa.

Danseurs : Cecilia Colacrai, Thomas Hauert, Natalia Jiménez, Mireia de Querol, Iris Heitzinger, Xavi Moreno, Federica Porello et Anna Rubirola

Production ZOO/Thomas Hauert (Bruxelles) et Anna Bohigas (Barcelone). Coproduction : Grec Festival de Barcelona, Charleroi danse - Centre Chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Les Brigittines - Playhouse for Movement. Avec la collaboration de l’Animal a l’Esquena, L’Estruch-Fàbrica de Creació de les Arts en Viu de l’Ajuntament de Sabadell, Fabra i Coats, La Caldera - Arts del Moviment, El Graner. Avec le soutien de Fédération Wallonie-Bruxelles - Service de la danse, Pro Helvetia - Fondation suisse pour les arts, Vlaamse Gemeenschapscommissie, Ein Kulturengagement des Lotterie-Fonds des Kantons Solothurn, Wallonie-Bruxelles International, Generalitat de Catalunya.

21 et 22 septembre, à 19h

Les Subsistances

8 bis, quai Saint-Vincent 69001 Lyon

Plein tarif 20€, tarif réduit 17€, demi-tarif 10€

 


Lali Ayguadé présente « Incognito »

Née à Barcelone en 1980, Lali Ayguadé s’est notamment formée dans la prestigieuse école PARTS fondée par Anne Teresa de Keersmaeker avant de travailler par la suite comme danseuse dans les compagnies d’Akram Khan, d’Hofesh Schechter et de collaborer avec Marcos Morau (La Veronal). Dans le duo Incognito, qu’elle interprète avec Nicolas Ricchini, autre danseur d’Akram Khan, elle livre une danse à la fois sensuelle et explosive. Des parties de ce duo apparaissent dans le court-métrage Timecode – visible pendant la Biennale - qui a remporté la Palme d’Or au Festival de Cannes 2016 et qui été nommé aux Oscars. Sur une proposition du Festival Grec de Barcelone. Avec le soutien de l’Institut Ramon Llull. Projet réalisé dans le cadre des « Quatre Moteurs pour l’Europe ».

Le 20 septembre à 14h et 16h10

L’Allégro

Place de la République 01700 Miribel

 


« Orbes » de Jordi Galí

 Cette installation chorégraphique est constituée de 120 structures de corps où les 5 interprètes sont à la fois matériaux et bâtisseurs. Ces architectures éphémères sont établies d’après un protocole mathématique précis, basé sur le hasard et la symétrie, et sont le résultat d’efforts de traction et compression entre les corps, situations d’équilibre choral composées de déséquilibres individuels. L’abstraction des structures ainsi composées est transformée par l’espace public et ses changements constants. Dans ce contexte toujours renouvelé, les corps s’offrent au regard et déploient leur présence dans le temps, proposant d’ouvrir un espace propice à une multiplicité d’interprétations.

Le processus de création de l’œuvre dure de 2h30 à 2h45. Le public est libre d’aller et venir à son gré. Conception Jordi Galí, en dialogue avec Nermin Salepci

22 septembre à 14h30

Place des Terreaux, Lyon


Timecode (2016) de Juanjo Giménez

Ce court-métrage de 15 minutes montre un jour de travail de Diego et Luna, gardiens de parking. Ils travaillent pendant deux créneaux differents, Diego la nuit, Luna le jour. En visionnant une caméra de surveillance, Luna découvre  que son collègue aime danser durant son service… 

Palme d’or du meilleur court-métrage au Festival de Cannes 2016.

Séances : Lyon / Ciné Toboggan, Cinéma Le Fellini, Villefontaine / Centre culturel Aragon, Oyonnax

15 septembre à 19h30 et 21 septembre à 19h30 à la Maison de la Danse

22 septembre à 18h à LUX, Valence

Toute la programation des films ici

    Logo Institut Ramon Llull
  • Un consortium composé de:

  • Generalitat de Catalunya Govern Illes Balears Ajuntament de Barcelona

Ce site n’utilise que des cookies de séance à des fins techniques et analytiques. Il ne recueille ni ne cède de données à caractère personnel sans le consentement des utilisateurs. Il utilise également des cookies de tiers à des fins statistiques. Pour plus obtenir plus d’information ou pour les administrer ou vous y opposer, veuillez cliquer sur « + Info ».