Rechercher

ʽComment le dire?ʼ de Josep Maria Benet i Jornet au Théâtre de Nesle

Paris,  31/03/2018

Après Deux femmes qui dansent (Théâtre de Nesle, 2016) et Sous-sol (Théâtre de l’Épée de Bois, 2017), la compagnie La Traverse, dirigée par Hervé Petit, met en scène le troisième volet de la dernière trilogie du dramaturge catalan, un « thriller sentimental » sur l’impossibilité de dire les choses. Comme pour les deux pièces précédentes, il s’agit d’une première en France, qui restera à l’affiche entre le 1er et le 31 mars.




La pièce

Il pleut. Avec abondance et rage. Sans s’être soucié de se protéger contre la pluie, un professeur d’université, trempé, se présente à l’appartement d’une étudiante qui doit présenter d’ici quelques jours son travail de fin d’études. Entre malentendus, frictions et confidences, le professeur semble chercher la manière de dire quelque chose d’important à la jeune fille. Mais quelle est la chose qu’il veut lui dire ? Et comment le dire ? Dehors, sans miséricorde, il pleut toujours.

La trilogie

Comment le dire? est la dernière pièce de la dernière trilogie de Josep M. Benet i Jornet, écrite entre 2005 et 2010. Leur axe c’est la tonalité de tragédie intime de leur contenu dramatique. Deux femmes qui dansent -inspirée en partie de la biographie de l’auteur- est sans doute la plus enlevée dans l’écriture. Son humanité du quotidien, sa gouaille –malgré son contenu dramatique- la rendent très familière au public. Sous-sol –un thriller très noir- est la plus radicale et la plus terrible dans son contenu. Comme les autres, Comment le dire ? emprunte le fonctionnement d’un thriller, sans se réduire à ce mécanisme dramatique. Il y a dans la pièce à la fois un réel humanisme dans son contenu et son « message » et un fort parti pris scénaristique de départ qui crée une tension dramatique dans le présent du déroulement de la représentation.

La presse

Deux femmes qui dansent  (Théâtre de Nesle nov/déc. 2016)

Une indéniable délicatesse de touche. Du grand art dans l’ordre de l’intime. Dans l’ordre d’un tragique sous-jacent, on est pris au cœur et l’on peut sourire et même plus. Une fable humaniste superbement orchestrée, dont l’âpreté cynique se mue en tendresse fatale.

La chronique théâtre de Jean-Pierre Léonardini, L’Humanité

 

Sous-sol (Théâtre de l’Epée de Bois 30 oct/11 nov 2017)

C’est un huis clos sur un champ de mines. Et ces mines qui sont des secrets, enfouis dans le passé ou dans le non-dit, qui seront peu à peu révélés. La pièce de Josep M. Benet i Jornet est à la lisière de l’analyse psychologique des comportements et du thriller le plus noir. Ce spectacle, à coup sûr, restera dans les mémoires autant par la grâce de sa forme que par la noirceur de son propos. Une très belle réussite.

 Bruno Fougniès RegArts

 

L’auteur

Né à Barcelone en 1940, Josep Maria Benet i Jornet c’est l’un des plus grands et des plus reconnus dramaturges vivants hispaniques, auteur de plus d’une quarantaine d’œuvres de théâtre dont la plupart ont été traduites en espagnol, anglais, allemand, italien, portugais, français, russe, bulgare, polonais, hongrois et basque. Il débute comme auteur de théâtre en 1963 et s’imposera rapidement comme un des chefs de file de la dramaturgie catalane récente. L’histoire, l’imaginaire, la réflexion sociale, la réflexion existentielle, nourrissent son œuvre dans laquelle on dégage quelques veines : pièces à problématique politique et sociale, pièces inspirées par des contes et des légendes; plus récemment pièces intimistes mettant en scène l’univers quotidien confronté pour certaines d’entre elles à la tragédie. Lauréat de nombreux prix nationaux et internationaux. Deux de ses pièces de théâtre, Actrices E. R. et Testament, ont été adaptées au cinéma.

Pièces publiées en France

Aux Editions de l’Amandier : Actrices (E.R.) ; La chambre de l’enfant ; Précisément aujourd’hui / Serviettes de plage ;  Description d’un paysage / Le bois de hêtre ;  Testament ;  Salamandre ; Sous-sol. Hélène dans l’Ile du Baron Zodiac (Théâtre enfance et jeunesse).  Aux Éditions Théâtrales : Désir et Fugaces.  Aux Éditions du Laquet : Le chien du lieutenant.

Pièces jouées en France

 Désir a été créé par Pierre Chabert en 1997. Actrices, E.R. a été créé par Yves Pignot en 2003, au Festival d’Avignon. Fugaces a été créé à Paris par Hervé Petit en novembre 2004 au Théâtre L’étoile du nord. Deux femmes qui dansent a été créé à Paris par Hervé Petit en novembre 2016 au Théâtre de Nesle et Sous-sol au Théâtre de l’Épée de bois en 2017.

 

Comment le dire ?

De Josep Maria Benet i Jornet, traduit du catalan par Hervé Petit

Mise en scène : Béatrice Laoût et Hervé Petit

Avec : Elsa Dupuy et Hervé Petit

Scénographie et costumes : Caroline Mexme

Création sonore : Béatrice Laoût

Lumière : William Orrego Garcia

 

Du 1er au 31 mars, du jeudi au samedi à 21h

Théâtre de Nesle

8 rue de Nesle

75006 Paris M°Odéon ou Pont-Neuf

Réservation: 01 46 34 61 04 – www.theatredenesle.com

Du 1er au 31 mars, du jeudi au samedi à 21h

Sponsors of IRL projects

The Institut Ramon Llull

is a consortium that comprises the Generalitat de Catalunya (Government of Catalonia), Balearic Islands Government and the Barcelona City Council, and its mission is the promotion of Catalan language and culture abroad.

Generalitat de CatalunyaGovern Illes BalearsAjuntament de Barcelona

Social networks